La Ponte Tower et le quartier de Hillbrow

Pour notre premier week-end en Afrique du Sud, nous avons décidé de rester à Johannesburg pour visiter un peu et profiter de Benjamin. Au programme, visite de la Ponte Tower, à Berea près de Hillbrow (pas les quartiers les plus riches de la ville…). La Ponte Tower est une des plus hautes tour de Johannesburg. Elle fait 53 étages et a la forme d’un cylindre. Sa spécificité est qu’elle est creuse au milieu.

Cette tour est composée d’appartements et est hautement sécurisée. On ne peut pas y rentrer si on ne connait pas quelqu’un qui y habite. Ainsi, pour pouvoir la visiter, nous avons dû réserver un tour avec Dlala Nje, une association qui le proposait. Le tour dure une bonne partie de la journée et comprend une visite de l’immeuble et une balade guidée dans Hillbrow.  C’est un quartier assez marginal de Johannesburg dans lequel tous les guides et lieux touristiques (le bus rouge notamment) recommandent de ne pas s’aventurer sans la présence d’une personne qui connaît le quartier.

La visite commence donc par Ponte Tower. On arrive à 11h. Nous sommes un groupe d’une vingtaine de personnes. Les guides (au nombre de cinq) nous font rentrer et nous amènent au 51ème étage, où on entre dans un appartement très design, appartenant probablement à l’association. De là haut, on a une vue imprenable sur toute la ville, de quoi faire de beaux panoramas. On reste un bon bout de temps dans cet appartement, à prendre des photos et à écouter le guide nous raconter l’histoire de cet immeuble. Tout est raconté en anglais, avec un accent sud-africains. Personnellement je n’ai pas forcément tout compris mais ça restait très intéressant. Le guide arrivait à nous raconter cela d’une telle manière qu’on avait l’impression d’y être, avec notamment des anecdotes personnelles.

Il faut savoir que cette tour était réservée aux blancs jusque dans les années 70 (pendant l’Apartheid), ainsi que Hillbrow. Cette partie de la ville était la plus vibrante, la plus dynamique et tout le monde voulait y habiter. Noirs et Blancs se mélangeaient et vivaient ensemble tant il y avait d’opportunités. Cependant, cette mixité ne plaisaient pas au gouvernement de l’époque, qui a fait en sorte d’expulser tout le monde en coupant tout d’abord les services de ramassage des poubelles ainsi que les services de police. tout ceci amena un sentiment d’insécurité, qui fut renforcé par des actes de terreurs organisés par le gouvernement lui-même. La tour fut désertée ainsi que le quartier jusque dans les années 90 où Mandela (Premier président après l’Apartheid) a ouvert les frontières aux autres pays d’Afrique. Il y a donc eu une forte immigration de ces pays venue s’installer à Hillbrow (plus ou moins clandestinement). Cette arrivée massive de personnes à joué en la faveur des gangs et mafieux de la ville, qui ont « highjacked » la Ponte (jusqu’à présent verrouillée), pour en faire un lieu d’habitation à leur profit. Highjack, cela signifie que les mafieux prennent de force des immeubles qui ne leur appartiennent pas et le loyer que les habitants payent, va direct dans leurs poches.  Cela existe encore beaucoup dans Hillbrow. On reconnait ces bâtiments à l’état dans lequel ils sont. Parfois il n’y a pas d’électricité, les vitres sont cassées, bref c’est un gros squat.

En ce qui concerne Ponte, les ascenseurs en ce temps là ne fonctionnaient plus et il n’y avait pas d’électricité. Ainsi, plus on habitait haut dans la tour et moins on payait cher le loyer. Il n’y avait pas non plus de ramassage des ordures et les gens on vite arrêté de descendre tous ces étages pour vider les poubelles. Comme la tour est creuse au centre, les habitants ont commencé à jeter tout par la fenêtre. C’est monté jusqu’au 8 ème étage ! Huit étages d’ordures entassées au centre de l’immeuble, c’est impressionnant. Cette tour a même été surnommée la tour des suicides car certaines personnes venaient se jeter au centre de la tour pour mourir. Sauf qu’au bout d’un moment, il y avait tellement de déchets, que les personnes ne se tuaient pas…On nous a raconté que certains se cassaient la jambe ou restaient coincés jusqu’à finir dévorés par les rats. Sympathique… Ce ne sont là que des anecdotes sur cette tour, mais sont histoire est vraiment très intéressante. Des investisseurs ont fini par reprendre possession de la tour en 2008 (pour 10 millions d’euros) et faire évacuer tout le monde pour la rénover. Il aura fallu trois ans pour enlever tous les déchets, et ça a été fait à la main ! Aujourd’hui c’est un immeuble en bon état, moderne et hautement sécurisé (un peu trop même).

Après avoir vu le haut de la tour, nous avons pu pénétrer dans le ventre de la bête. Au centre même de la tour, là où étaient entassées les ordures. Le sol est inégal et fait de roches. Cela fait partie de l’architecture de la tour, pour donner l’impression qu’elle est sortie tout droit de la roche. Quand on lève la tête, on peut vite avoir le tourni, mais c’est impressionnant !

 

Une fois l’histoire de la tour terminée, on passe à la visite guidée dans Hillbrow. L’association qui nous propose ce tour, souhaite faire changer le regard des gens sur ce quartier (d’où le nom de l’asso, en Zulu) car tout le monde connait sa mauvaise réputation mais la plupart des gens qui en parlent n’y sont en fait jamais allés. C’est vrai que ce n’est pas recommandé de se balader tout seul et on voyait bien que les cinq guides veillaient à ce qu’il ne nous arrive rien. Il faut dire qu’un groupe de quinze blancs, cela ne passe pas inaperçu !
J’ai vraiment apprécié ce tour de quartier car on est au plus près du quotidien des habitants de ces quartiers. On y voit de la pauvreté certes mais aussi une vraie vie de quartier. Par exemple, les guides nous ont emmenés devant un mur rempli d’annonces en tout genre. Ils ont appelé ça le « Gumtree Off line ». Gumtree c’est un site de vente d’occasion comparable au Bon Coin chez nous. Ils l’ont appelé comme ça car il suffit d’un morceau de gum pour accrocher son annonce. Il paraît que ce mur est même plus efficace que le site internet.


La balade a duré une bonne heure et s’est terminée sur un repas (compris dans le tour organisé) que l’on a pris dans un bar du quartier, un espèce de boui-boui en tôle. On s’est tous assis là où on trouvait des chaises, en attendant que les guides apportent boissons et plats. Les plats venaient sûrement du boui-boui d’en face, et nous étaient servi dans des boites en polystyrènes. Ma description ne doit sûrement pas du tout donner envie mais en réalité c’était une très bonne expérience, qu’il faut avoir vécue pour comprendre. En fait, nous avons mangé et bu comme n’importe qui du quartier l’aurait fait. Pas de fioritures ou de lieux réservés aux touristes ; les guides nous ont fait vivre un peu de Hillbrow. Lorqu’on a tous fini de manger, nous sommes retournés à la tour, pour rentrer.

Nous avons passé une super journée en compagnie de ces gens là et je recommande vivement cette visite. Son prix est un peu élevé (350 rand, sachant qu’une partie est reversée pour les activités de quartier des enfants) mais une fois qu’on l’a fait on ne le regrette absolument pas. On voit et découvre des choses qu’aucun guide touristique ne peut égaler. De plus, l’équipe qui nous a accompagnée est jeune, dynamique et vraiment très sympathique.

 

2 réflexions au sujet de « La Ponte Tower et le quartier de Hillbrow »

    1. J’ai du me concentrer un peu pour comprendre tout mais les guides étaient vraiment très biens. L’histoire est passionnante et permet de comprendre un peu plus comment était l’Afrique du Sud durant l’apartheid et surtout après la fin de celle ci.

Laisser un commentaire