Direction Chiang Rai

Après quelques jours passés dans la capitale, on s’est dit qu’un petit tour dans le nord du pays, loin de l’effet « grande ville » nous ferait du bien. Pour y aller, il faut compter 10h de trajet à peu près. On ne voulait pas utiliser une journée entière sur la route et on avait surtout très envie d’essayer les fameux bus VIP qui voyagent de nuit. Nous on a pris un bus VIP 42. Il y a aussi les VIP 32 et les VIP 24 ; on en a conclue que c’était en fonction du nombre de sièges. Oui parce que ces bus ont l’avantage d’avoir peu de sièges et donc on peut les incliner quasiment en position allongée. Quand on arrive, on trouve une couverture, un petit coussin et un écran, comme dans les avions, avec des films, nationaux et internationaux, doublés en thaï pour la plupart, c’est assez rigolo mais pas très pratique pour suivre le film (et ils sont tous « piratés »). Au départ du bus, à 19h, on nous distribue un snack : une briquette de jus d’oranges, des crackers à la fraise, et un beignet (type Pitch) et une bouteille d’eau. On fait pas dans le diététique mais c’est pas grave !

Entre 19h et 1h du matin, on roule, on grignote, on regarde un petit film (il y en avait certains en anglais, fallait juste les trouver), on dort. À 1h, le bus s’arrête devant un grand préau où se trouve un self avec des serveuses qui n’attendaient que nous (les bus). Le ticket de bus comprend un repas en milieu de chemin. Pas de la grande gastronomie mais qui a le mérite d’être chaud et de nourrir. Par contre, on n’a eu qu’un quart d’heure pour manger. C’était express !

On est reparti, et là sans pause jusqu’à 6h du matin. On est ensuite réveillé avec un thé et un café (sympa !), parce qu’on allait arriver. Le bus a réussi à avoir une heure d’avance.

Une fois à la gare routière, il faut rejoindre le centre ville pour trouver notre guesthouse et y déposer nos gros sacs à dos. On voit des tuk-tuk, des taxis, quelques bus…on prend quoi ? Dans le Routard, on parle de songthaew, des taxis collectifs. On voit des genres de petites camionnettes bleues électriques, toutes garées au terminal, ça doit être ça. Bingo ! On monte dedans, on se sert, puis on attend, 10min, 20min, 30min… Le chauffeur attend que son taxi soit bondé avant de parti, autant dire que faut pas être pressé ! Au bout de quarante minutes on démarre enfin.

On arrive à notre guesthouse, Chez Nous, tenue par Joyce, une Thaï. La maison est toute mimi, décorée avec des petites attentions colorées et des petits mots. Joyce vit là avec sa fille de quatre ans. Elle parle bien anglais, est à l’écoute et de bon conseil. C’était bien sympa de rester là. Il y avait même une petite terrasse avec des coussins partout pour « chiller ». On est resté deux nuits chez elle. On ne pouvait pas plus car elle était complète les autres jours, dommage.

Chiang Rai est une petite ville où il y a tout de même pas mal de circulation et d’activités. Beaucoup de petits marchés, de shops et de street food et de scooters, beaucoup de scooters. Il y a surtout un marché nocturne, le Night Bazaar, ouvert tous les soirs, où les gens se retrouvent pour y manger. On y trouve des vêtements, des souvenirs et des produits artisanaux. C’est là que Léo et moi sommes allés manger les deux premiers soirs. C’est là que j’ai pu gouter une glace mangue-coco-mango sticky rice : de la bombe !

3 réflexions au sujet de « Direction Chiang Rai »

  1. Sympa le Nord, hein ? Dommage que vous n’ayez pas tester le train de nuit, cela vaut le coup ? Vous passez par où pour gagner le Cambodge ?
    Bisous et continuer à nous faire voyager avec vous.

    1. Le nord est très joli mais ne n’avons pas pu faire ce que nous voulions (la remontée de la rivière Kok avec le bateau-bus). Nous serions bien parti à l’ouest de Chiang Mai, mais trop loin pour le peu de jours disponibles. Nous prenons pas mal de notes pour la prochaine fois du coup 🙂
      Nous redescendons en train de nuit avec le fameux train numéro 14 !

Laisser un commentaire