Qu’avons nous fait à Chiang Rai ?

Notre dernier article sur Chiang Rai vous racontait notre traversée du pays, mais ne vous a rien dit sur tout ce que nous avons fait et découvert dans les environs.
Dans l’épisode précédent : nous sommes arrivés par le bus de 7h30 à Chiang Rai le 31 janvier et nous avons pris le bus collectif pour gagner le centre ville. Nous avons trouvé notre guesthouse et y avons déposé nos sacs avant d’aller explorer un peu les environs.
La ville est dotée d’un jardin de fleurs dont elle est assez fière. C’est un peu kitsch mais ça fait du bien cette verdure et ces parterres de fleurs. En ce moment c’est la fête des fleurs à Chiang Mai et à Chiang Rai, donc on retrouve des mannequins costumés de fleurs et des concerts dans les parcs.

Nous avons continué notre balade pour aller voir la statue du Roi Mengrai et ses hordes de chevaux et d’éléphants. Elle est située au bord de l’autoroute, c’est dommage car le petit parc aurait pu être sympa autrement. Nous avons continué notre déambulation dans les rues de la ville et nous sommes tombés sur un petit temple désert mais assez joli. Nous avons ensuite bifurqué pour regagner le centre ville et faire notre enregistrement auprès de Joyce, à notre guesthouse.

Le lendemain, nous avons loué des vélos et nous sommes partis un peu plus loin dans la ville. Nous sommes allés voir le Temple Bleu encore en construction. Il tient son nom de sa couleur assez incroyable pour un temple bouddhiste : bleu électrique ! L’extérieur comporte son lot de dragons et autre créatures qui protègent le temple contre les intrusions des mauvais esprits.

Après ça, nous avons pris la direction d’un autre temple, plus ancien et plus connu : le temple du Bouddha d’émeraude. Ce nom vous dit quelque chose ? C’est normal, c’est la copie du Bouddha d’émeraude visible au grand palais de Bangkok mais avec 1mm de moins, en signe de respect. Contrairement à Bangkok, la visite de celui-ci est gratuite et on peut l’approcher d’assez près pour voir les détails de la sculpture. On retrouve cette copie à Chiang Rai car c’est la patrie d’origine du Bouddha d’émeraude, il a été transféré à la capitale sous les ordres du roi quand le pouvoir s’est déplacé vers le sud. Le temple a également son musée, dans un bâtiment en tek juste à côté, gratuit lui aussi. C’est intéressant de prendre 30 minutes pour le voir et apprendre un peu plus sur le bouddhisme. On retrouve, bien sûr, des sculptures de Bouddha, mais aussi des armes, des trônes, des offertoires et des « drapeaux » de cérémonie.

Nous reprenons nos montures pour aller nous perdre dans l’extrémité ouest de la ville et sa « plage ». C’est en réalité un parc aménagé, en périphérie de la ville, proche de la rivière Kok. Les gens s’y retrouve pour pique niquer ou passer un moment dans la nature, loin des bruits de scooters (bon en matière de parc on a vu mieux quand même). En nous y rendant, la faim commençant à nous tirailler le ventre, nous nous sommes arrêtés au hasard dans un restaurant en bord de route (Street Food encore) proposant tous les plats locaux pour 50 THB. Ma foi, c’était très bon ! Manger pour moins de deux euros est devenu notre quotidien.

Le vendredi 3, nous avons enfourché nos vélos et foncé au sud de la ville, à une quinzaine de kilomètres pour y voir le Temple Blanc. Le temple a été imaginé et construit par Chalermchai Kositpipat. On peut dire que son imagination débordante a bien fait le travail ! Le temple symbolise la pureté et capture toutes les pensées impures de ce monde pour que le corps et l’esprit puissent entrer en méditation. Nous sommes accueillis à l’entrée du temple par des centaines de mains venant de l’enfer et implorant l’aide de ceux qui sont au dessus. Les impuretés de ce monde sont symbolisées notamment par la représentation des « idoles » d’aujourd’hui (Superman, Terminator, Harry Potter…) capturés par le démon gardant le Bouddha. Oui, la culture occidentale en prend un peu pour son grade… Le complexe est en perpétuel travaux car le temple se dote au fur et à mesure de nouveaux bâtiments. Pour l’anecdote, le bâtiment destiné aux toilettes est, lui aussi, incroyable : il est tout doré ! Il faut savoir également que malgré l’affluence massive de visiteurs, le temple est bel et bien en activité.

En revenant de ce magnifique endroit, nous avons décidé de prendre une autre route et d’essayer des petits chemins. Nous avons bien fait car, aux portes de la ville, nous sommes tombés sur des rizières où l’on voyait les montagnes au loin. Nous sommes passés également devant un jardin botanique un peu oublié (description dans le Routard) mais dont l’entrée était un peu trop chère.

Le samedi, nous voulions aller vadrouiller un peu dans la nature sauvage qui fait la beauté de Chiang Rai, et nous cherchions un moyen de rejoindre une cascade encore plus au sud du temple blanc (30km de la ville environ), la cascade de Khun Korn. Nous voulions expérimenter le scooter mais cela est déconseillé aux personnes n’en ayant jamais fait (voilà un loueur responsable 😉 ). Nous avons demandé à un Taxi mais il fallait compter 600 THB + 100 THB par heure d’attente. Nous nous sommes rabattus sur un Tuktuk qui pour 600 THB faisait l’aller retour et nous attendait sur place. Nous avons mis 45 minutes pour faire le trajet au bout duquel nous nous sommes dit que 600 THB (18€) c’était pas si mal. Une fois arrivés au parking de la cascade, nous devions crapahuter 1,5 km pour rejoindre la chute d’eau. Ce n’était pas un sentier très reposant car très escarpé et glissant par moment. Et comme nous étions en pleine jungle, il y avait beaucoup de choses à voir et à photographier. Après quelques vingtaines de minutes de marche, nous arrivons à the place to be. La chute d’eau gronde devant nous et déferle sur une trentaine de mètres pour venir mourir dans un petit bassin à ses pieds. Les environs ne sont que jungle et rocher, splendide.

Nos astuces : Pour visiter la région, prenez des vélos, c’est économique et le terrain est plat. Si vous voulez partir dans les montagnes, vous pouvez louer des scooters pour 200 THB la journée ou prendre un chauffeur privée, mais c’est plus cher. Essayez de visiter entre 12h et 13h, c’est pratiquement désert (aux cascades nous étions 4 à cette heure là ; au temple nous pouvions circuler assez librement vers 12h30).

Ah oui, et la ville est assez polluée, alors sur les deux roues et dans la rue…prenez vos masques ! 😉

2 réflexions au sujet de « Qu’avons nous fait à Chiang Rai ? »

  1. De belles visites dis donc ! Les temples doivent être impressionnant, c’est tellement différent de ce que l’on trouve chez nous ! Profitez bien

Laisser un commentaire