Angkor plus loin

Nous y voilà, l’une des visites les plus attendues de ce voyage (par moi essentiellement…) : Angkor ! Nous sommes enfin arrivés au Cambodge après notre petit passage à la frontière, et nous devons, oui devons, faire la visite de ces monuments colossaux que sont les temples d’Angkor. Car oui, Angkor n’est pas qu’un simple temple dont on voit les mêmes photos, magnifiques, sur Google, mais bien 287 temples sur 900 km². Et encore on estime qu’à son apogée, au XIIème siècle, Angkor abritait 800 000 habitants sur près de 3000 km² !

Partons de la genèse de cette visite, la veille au soir nous prenons un tuk-tuk à 5$ aller retour, après avoir refusé Monsieur QuiEssayeDeMeVoler à 8$, pour nous rendre avant 17h30 à la billetterie du site pour pré-acheter notre billet pour le lendemain. En effet, il est possible de faire ça, afin d’éviter la queue à 5h du matin le jour J. Nous arrivons, bien sûr, à 17h32 soit 2min après la fermeture et n’avons que nos yeux pour pleurer. Notre chauffeur de Tuk-tuk prend la faute sur lui et nous offre la course car on n’a pas eu nos billets. En voilà un gars sympa ! On en profite pour faire un peu plus connaissance et savoir s’il faisait les circuits d’Angkor pour le lendemain. Il nous dit que oui mais que ce serait avec son frère, aussi sympathique que lui. On parle prix maintenant, la chose la plus importante au Cambodge. Sur les guides, dans les hôtels, il faut compter 15$ le petit circuit, 18$ le grand circuit, 5$ le lever du soleil et 5$ son coucher. Or, nous avons vu sur des blogs qu’en négociant sévère on pouvait avoir tout cela pour 20$. Notre chauffeur nous propose d’office 25$ pour le tout, soit ce qu’on voulait (car la course était gratuite pour ce soir). Banco, on ne négocie pas car il était honnête et fort gentil (et avec un très bon anglais).

Levés à 4h (sacré grasse mat’ !), on s’habille, mangeons 2 bananes (notre régime alimentaire depuis deux semaines), et on va dehors pour attraper notre Tuk-tuk et rencontrer Men, notre chauffeur de ce jour. Il venait nous chercher directement à l’hotel, et était à l’heure. Direction, la billetterie pour acheter le précieux sésame à 37$/jour tout de même. On arrive à 4h35 devant les guichets fermés. Nous sommes parmi les premiers. Derrière nous, la queue commence déjà à bien se former, et la billetterie finit par ouvrir à 4h45 (au lieu de 5h). On fait une petite photo, imprimée sur le billet, on paye cash (on est trop riche !) et on saute dans le Tuk-tuk pour être à l’ouverture devant Angkor Wat, le temple principal du site.

Angkor Wat, la ville temple

Bim, bam, boum il est 5h20 on foule le sol sacré de cette immense temple. On traverse un pont flottant qui enjambe des douves monstrueuses de 190 mètres (oui c’est tout petit) pour franchir la première porte en pierre. Tels des hiboux, nous arrivons dans la nuit noire au sein d’un parc frôlant le gigantisme avec 2 petits lacs (le spot photo pour le lever du soleil), 2 petits temples en ruine et le fameux Wat (qui veut dire temple) trônant au fond. N’étant pas intéressés par la fameuse photo du lever de soleil, qui n’aurait rien rendu avec nos appareils, on poireaute en le regardant avec nos yeux, et pas nos écrans, devant l’entrée du temple (et pas devant le lac avec les 10 000 autres pécors).

6h15 les fauves sont lâchés, nous nous engageons dans l’enceinte même du temple et nous sommes fiers de vous annoncer que nous étions les 2èmes, un allemand fou étant devant nous. Nous profitons du lieu avec peu de monde dedans et surtout nous sommes parmi les premiers à grimper dans la tour centrale : le Bakan. Habituellement, il faut facile attendre 30 minutes de queue avant de pouvoir monter. Pour pouvoir s’y rendre, il faut avoir les genoux et la moitié des bras couverts. Mesdames, le paréo ou le foulard au dessus du mini short ou du crop-top ne passera pas. Après des marches, plutôt raides, on peut admirer la vue sur la jungle et l’ensemble du temple. Le temple a été construit au 12ème siècle, en 37 ans par 300 000 ouvriers, 6000 éléphants et était dédié à Vishnou . Le Bouddhisme a ensuite pris le dessus et ce temple Hindou est devenu un haut lieu de cette nouvelle religion. Nous nous sommes laissés porter par cette ambiance assez unique, surtout au lever du soleil avant que la horde n’arrive. Nous avons continué notre visite en nous baladant entre le sanctuaire et le mur extérieur du temple. Nous marchons là où des habitations existaient auparavant et dont il ne reste plus aucun vestige, car seuls les dieux avaient le droit à des « maisons » en pierre, les autres étaient en bois.

Angkor Thom

Angkor Thom ne désigne pas un temple mais une ville complète entourée de murailles de 12km de long sur 8m de haut, elle même entourée de douves de 100m de large. Nous sommes entrés par la porte Sud, sous une arche où était sculptée la tête de Bouddha après un pont où de nombreuses statues tiennent le Naga à 7 têtes protégeant le site. C’est Angkor Thom qui abritait les 800 000 âmes de ce site.

Bayon

Nous nous dirigeons ensuite vers l’un des temples dont la ville s’enorgueillissait : le Bayon. Grosse claque de notre côté, le temple est tout simplement magique. Il est composé d’un massif de tours, toutes sculptées sur les 4 faces par la tête du Bouddha. Son côté « en ruine » apporte le cachet final à ce temple. De plus, ses petits couloirs très étroits et décorés de gravure lui donnait un petit côté féérique, nous étions un peu des explorateurs. Cela a été une des parties préférées d’Armelle. Très difficile à rendre en photo, il va falloir aller le voir par vous même !

Baphuon

Nous continuons, à pied à travers la ville, pour découvrir l’autre beau temple voisin : le Baphuon. On le découvre au bout d’une longue allée de pierre entourée d’eau. Cette pyramide à étages est impressionnante par sa taille et son architecture : construire une pyramide de cette taille au XIème siècle relève de l’exploit. À l’origine ce temple royal était dédié à Lingam et était comparé à une montagne d’or. C’était un centre majeur de la religion du pays. Malheureusement, le temple s’est effondré légèrement et en redescendant de son sommet (au 3ème pallier tout de même) on découvre un Bouddha allongé sur toute sa façade. Nous trouvions la façade un peu bizarre avec Armelle, et ce n’est qu’en y regardant de plus près que nous avons découvert cette œuvre.

Phreah Palilai

En continuant notre balade dans la jungle, plus ou moins seuls, nous tombons sur un petit temple non visité. Il se compose d’une unique tour effondrée, mais il est charmant (et puis c’est sur le chemin).

Les terrasses

Pour finir notre visite dans la ville d’Angkor Thom, nous allons voir les terrasses royales. La première, toute petite est la terrasse du roi lépreux. On peut voir les fondations, très bien conservées où sont sculptées un bon millier de démons et autres figurines mystiques. On y retrouve quelques enfants en train de les dessiner, surement une sortie TP d’art plastique, sympa 🙂

La deuxième terrasse est nettement plus imposante, on l’appelle terrasse des éléphants car de magnifiques éléphants y sont sculptés à ses extrémités. Elle devait servir à ce que le roi puisse assister aux défilés et/ou spectacles.

Phreah Khan

On reprend notre Tuk-tuk et nous dirigeons vers le nord et le temple de Phreah Khan. Auparavant Preah Khan ne désignait pas un temple mais une ville à part entière : « la ville de la fortune royale victorieuse ». Le ville abritait une université bouddhique (consommation de 10T de riz/jour) et possédait 5 324 villages (100 000 habitants) fournissant les 47 000 personnes pour l’entretien du temple, les 4 500 cuisiniers et les 1 000 danseuses. Nous traversons les allées de ce sanctuaire où la plupart des galeries sont effondrées, on peut s’y balader et s’y perdre facilement. L’arrière du temple offre une belle vue sur l’ensemble et un magnifique arbre fromager prend possession des lieux.

Neak Pean

Très petit temple qu’on ne visite pas mais qu’on regarde de loin. Il vaut les 10 minutes que l’on prend pour le voir. En saison sèche vous pouvez passer votre chemin, car il ne présente plus trop d’intérêt. En effet, ce temple est situé au milieu d’un lac et ça donne une sensation un peu magique où les Nagas jaillissent de l’eau. Pour s’y rendre on emprunte un pont, étroit, qui traverse le réservoir géant d’eau qui alimente les différentes douves des temples. Attention aux touristes chinois marchant au milieu avec des ombrelles qui visent les yeux !

Pause déjeuner

Il est temps de manger un bout, il fait faim nous sommes debout depuis 4h tout de même. Nous demandons à Men où l’on peut manger et il nous amène dans un restaurant à l’autre bout du site (15min de Tuktuk). Il nous dit qu’il nous ramènera faire les autres temples du grand circuit ensuite. C’est parti on roule en découvrant rapidement les temples manquant sur le bord de route, ils ont l’air prometteurs ! Il nous arrête devant un restaurant à touristes qui sert des plats pour 7$ environ. Nous lui disons que nous voulons un street food, là où lui mange en fait. Il nous met en garde qu’on ne supportera peut être pas la nourriture. Nous le rassurons, ça fait plus de deux semaines que nous mangeons dans des bouibouis et qu’on est fort (pas tombés malade une seule fois !) On va donc manger à Mama Africa, une cantine en plein air où seuls les conducteurs de Tuk-tuk y mangent. On nous sert un bon plat de riz et du porc (et plus de légumes pour Armelle). C’était pas mauvais et nous n’avons pas été malade 🙂 Des personnes à l’estomac accroché je vous dis. Bon par contre, tête de touriste oblige, on paye deux fois plus cher que Men. Mais bon c’est le jeu…

Ta Prohm

On enchaîne par le premier temple qui nous tombe sous la main, et c’est pas le moins important. Et oui, nous sommes devant le fameux temple maudit, le Ta Prohm ! Vous pouvez le voir dans Tomb Raider par exemple. Nous l’avons visité vers 13h, donc les touristes étaient encore en ville pour le repas, oui tout le monde ne mange pas dans les bouibouis locaux, et tant mieux ! Nous avons donc pu profiter de ce temple sans trop de monde alors qu’il est généralement bondé. Les couloirs sont étroits et le temple n’est pas très grand contrairement à Angkor Wat. On peut s’étonner du nombre d’arbres encore présents sur les murs et les toits car ils abîment sérieusement la structure des bâtiments. Heureusement, le parc solidifient les bâtiments au maximum pour laisser certains arbres à leur place, car ils font le charme de ce temple (les autres sont coupés).

Voici un exemple de ce qu’est un arbre fromager. Au grand désespoir de Léo, celui-ci ne se mange pas.

Banteay Kdei

Ce temple plat, contrairement au temple montagne (comme Angkor Wat par exemple), était un monastère bouddhiste. On peut voir ses quatres niveaux de murailles en y faisant le tour. Il y a plusieurs petits temples au sein de ces enceintes (et des douves bien sûr). Il y a de belles sculptures et bas reliefs.

Ta Som

Ce petit temple est ressemblant au magnifique Ta Prohm : même architecture et même façon de se faire engloutir par la forêt. On peut voir à son entrée Est que la porte est « attaquée » par un banian géant (mais également par les touristes en quête de selfie).

 

Mébon

Le temple était à l’origine situé au centre du réservoir d’eau du Baray oriental (aujourd’hui ce sont des rizières). Le temple date du Xème siècle et était le centre du ville dont il ne reste rien (pour changer). Il est entouré par 4 tours, chacune s’ouvrant à l’Est et les autres côtés ont des fausses portes en grès. La tour centrale possède un linteau où l’on peut voir différents dieux Hindous : Indra sur son éléphant, Skanda sur son paon et Shiva sur son taureau. On peut voir également Ganesh qui chevauche sa trompe sur la tour Nord-Ouest.

Pre Rup

Notre dernier temple ! On y arrive vers 16h30 et nous sommes épuisés. Nous montons en haut de ce temple montagne en escalier pour admirer la vue sur la jungle environnante. Nous sommes censés y rester pour voir le couché du soleil, mais nous avons décidé d’écourter le séjour là-haut à cause de la fatigue ; et il faut avouer qu’en vivant en Bretagne, des beaux couchés de soleil on en a vu 🙂

Cela ne nous a pas empêché d’apprécier la lumière déclinante sur les murs ocres du temple et sur la forêt tout autour. Chose amusante, la pyramide était entièrement faite de briques, qui ont mieux tenu dans le temps que la roche habituellement utilisé (on a bon espoir pour nos corons donc !). Le temple était hindouiste et ressemble un peu au Bayon par son architecture et ses 14 tours (moins biens conservées).

Angkor c’est fini

Nous revoilà sur notre fidèle Tuktuk pour rentrer prendre une bonne douche et manger un morceau. C’était une journée merveilleuse, mais épuisante. Nous avons eu la chance de ne pas être entourés de touristes trop nombreux, il faut bien choisir ses heures de visite. Allez à 5h30 à Angkor Wat (ouverture du temple quand le soleil éclaire suffisamment les marches, vers 6h15 pour nous), puis au Bayon vers 8h30. Enfin, finissez par Ta Prohm sur l’heure du midi. Merci de m’avoir lu, c’était l’article fleuve du site 😉

Il y avait la possibilité de faire la visite avec un pass 3 jours (à 62 dollars, jours non consécutifs et ticket valable sur une semaine) et de se déplacer à vélo. Cela coûte moins cher que le Tuk-tuk et nous avions envisagé cette possibilité, mais quand on a vu les distances entre les temples, la chaleur, le soleil et notre fatigue déjà présente le matin, on était content d’avoir choisi l’option tuk-tuk. Je pense que si vous prenez le pass trois jours, vous pouvez vous permettre de le faire à vélo et plus tranquillement. Un jour pour nous, ça nous a suffit.

5 réflexions au sujet de « Angkor plus loin »

  1. Armelle, Léo,
    Nous vous suivons avec envie mais aussi la peur au ventre !
    Ce périple marquera toute votre vie.
    Nos 80 ans sont éblouis par votre audace.
    Nous vous embrassons affectueusement,
    Marie & Robert.

  2. J’ai moi aussi la chair de poule en lisant tout cela! Que d’émotions! Merci, mille mercis de vos partages. C’est fabuleux… Euh!… Prenez soin de vous hein!!

Laisser un commentaire