L’inattendu Cambodge

Nous sommes le 26 février 2018, et c’est notre dernier jour à la Sothy’s Pepper Farm. Nous devons trouver un moyen de regagner Kampot dans la journée pour préparer notre passage au Vietnam. Armelle va donc demander à des visiteurs s’ils peuvent nous prendre avec eux. Il s’avère que ce sont des cyclistes mais qui ont leur minivan également. Ils acceptent !

Nous nous retrouvons donc dans leur minivan en train de les suivre tranquillement à travers la campagne de Kampot. Ils partent du Cambodge pour gagner la Thaïlande à vélo. Ils pédalent une centaine de kilomètre par jour et font un peu de route dans leur minivan ensuite. Ils nous préviennent qu’ils passent par un lac avant de regagner dans l’après midi Kampot. Pas de problème, c’est gratuit et, surtout, on va pouvoir voir la campagne environnante : tout à y gagner.

Nous voilà partis vers 11h à bord du minivan. Nous passons dans une vallée qui cultive en quasi exclusivité des mangues. C’est vraiment chouette de voir ces manguiers à perte de vue. La campagne est magnifique, entre ces champs verdoyants, ces arbres fruitiers, et la montagne, elle aussi verdoyante, en arrière plan. Après 30 minutes de vélo, ravitaillement d’eau, et le guide me propose d’enfourcher le vélo supplémentaire qui est dans le van. J’hésite longuement de peur de ne pas suivre, je suis un cycliste du dimanche, et pas envie de laisser Armelle dans le van (un seul vélo de dispo). Armelle m’encourage à y aller, ça ne la dérange pas de rester dans le van. Bon, j’y vais quand même, première étape 14km sous le soleil. Je suis en sueur avec mes grosses chaussures de rando, mais c’est vraiment top. On passe par des petits chemins caillouteux à travers un paysage vallonné, c’est vraiment beau.

Nous faisons une pause cacahouètes, fruits et eau. On repart pour 7km avant de casser la graine. Nous arrivons au Secret Lake que nous contournons pour aller manger sur la rive opposée. Les touristes et le guide partagent avec nous leur repas, c’est vraiment très sympa de leur part. Le guide nous explique l’histoire du lac creusé à la main sous la dictature de Pol Pot pour alimenter les rizières alentours. Le Cambodge en a vraiment bavé et on le ressent encore aujourd’hui.

On se pose une heure avant de repartir vers les grottes à 5km de là. Le guide nous prévient que ce sont des enfants qui vont nous accompagner dans les grottes et qu’il est bien vu de leur donner un pourboire. C’est avec cet argent qu’ils peuvent se payer l’école. Notre petit guide d’une dizaine d’années nous amène au sommet de 200 marches qui mènent à un très vieux temple, niché dans une grotte dans la montagne. La grotte est assez spectaculaire par sa hauteur de plafond et par l’adresse dont a fait preuve l’eau pour creuser tout ça.

Notre guide nous amène ensuite dans des petits corridors où l’on se met à escalader en suivant ses instructions. Il était vraiment impressionnant ce petit bonhomme, à escalader avec tant de facilités les rochers (en même temps il doit connaître ces grottes comme sa poche !) Il connaissait par coeur où poser les pieds et où s’agripper ; tout ça en anglais et un peu en français ! On perd la moitié des cyclistes qui préfèrent rester dehors car ils ne sont pas tous chausser en conséquence (vive les chaussures de rando !). On s’enfonce dans la montagne au milieu des chauves souris, on esquive les stalactites surgissant du plafond et on éclaire nos pieds avec notre lampe torche qu’on a sortie du sac à dos pour l’occasion. Il est inimaginable de retrouver ce genre de choses en France, car par moment nous sommes perchés sur un caillou en équilibre dans le vide ; imaginez les poursuites si quelqu’un tombait. Mais c’est dans l’inattendu qu’on passe les meilleurs moments !

Nous ressortons de notre grotte après 20mn de crapahutage exquis dans cette montagne calcaire. Notre guide en profite pour se la jouer Tarzan en se balançant sur une liane au dessus de la roche aiguisée. Nous sommes conquis par cette expérience mais il se fait tard et nous devons rentrer à Kampot. Après une ultime étape, aux marais salants, le minivan nous prend et fait un détour pour nous déposer à notre hostel, le Nomad Working Space (back again !)

Merci à ces cyclistes et à leur guide au grand coeur qui nous ont permis de voir les recoins de Kampot comme on le voulait.

2 réflexions au sujet de « L’inattendu Cambodge »

  1. Bonjour Armelle et Léo,
    Merci de vos partages. C’est un plaisir de vous lire et de vous suivre.
    Nous avons bien reçu votre lettre. MERCI MERCI MERCI
    Nous vous souhaitons bonne continuité dans votre belle aventure.
    Des gros bisous de toute l’équipe du Quartz Kenavo !

  2. je suis heureux de constater que vous preparez consciencieusement votre prochain tour de France cycliste. Cette balade autour de Kampot vous permettra de mieux appréhender le mont Ventoux. Votre journal est passionnant. Bisous

Laisser un commentaire