L’île de Cat Ba et la baie d’Ha Long

L’un des moments les plus attendus de ce voyage fût la découverte de cette merveille naturelle qu’est la baie d’Ha Long. Malheureusement nous ne sommes pas les seuls à vouloir visiter ce petit coin de paradis. Nous avons trouvé la parade en allant plutôt à Cat Ba, la plus grande île au sud de la baie. À partir de Cat Ba nous pouvons visiter la baie d’Ha Long mais surtout au sud de celle-ci, la baie de Lan Ha. Cette baie est la même que sa voisine, elle est juste séparée par un chenal et son prix d’entrée est largement plus abordable. Car oui, le prix d’entrée dans la baie d’Ha Long est de 300 000 VND et ensuite il faut ajouter à ça votre tour en bateau avec votre organisateur.

Mais avant de vous parler de notre superbe journée sur le bateau, je tiens à revenir sur notre périple jusqu’à Cat Ba. Nous avons pris nos tickets de bus à Ninh Binh, dans notre Homestay qui nous indiquait un prix de base de 280 000 VND/personne pour le voyage. Nous trouvions cela un chouilla cher car la distance n’est pas si énorme que ça (4h de transport en tout). Nous lui faisons part de notre ressenti et elle nous cherche un autre moyen de transport pour nous. L’opérateur lui dit qu’il y a un bus à 250 000 VND de disponible mais il sera moins confortable. Bon OK, c’est pas la mer à boire 4h de voyage, on le prend. Première surprise quand au petit matin, un taxi privé vient nous chercher pour nous amener au bus, on se dit, zut on n’a pas du comprendre le pick up doit être à notre charge. Que nenni, le taxi nous dépose gratuitement dans un hôtel de luxe, où nous patientons avec lui jusqu’à l’arrivée du bus. Celui-ci arrive et on découvre le bus le plus luxueux que nous ayons fait : seulement 15 places, sièges en cuir, place pour les jambes, ventilation, lumière, petite bouteille d’eau : juste parfait. Nous étions comme des enfants ayant réussi à déjouer l’attention des parents : notre bus moins confortable s’est avéré être un bus limousine, victoire !

Notre magnifique bus, après avoir pris le ferry, nous dépose devant notre hôtel ; pas besoin de marcher 2h cette fois ci. Notre « chez nous », pour les 4 prochaines nuits, se situe dans le petit port de Ben Béo à la lisière nord de la ville de Cat Ba. C’est à partir de ce port que les excursions vers les baies partent. Nous sommes dans un hôtel mais qui ne propose pas grand chose mais on est au calme et face à la mer, les Bretons en nous sont heureux. Nous partons à la découverte de notre nouveau quartier, très réduit, et nous nous arrêtons dans le seul café potable du coin. Nous faisons la connaissance de la patronne, Nathalie, et de son mari qui nous explique un peu les trucs à faire à Cat Ba. Elle nous présente par exemple la meilleure compagnie, selon elle, pour visiter la baie de Lan Ha. Nous voulions à la base juste prendre des kayaks et partir à l’aventure mais il s’avère que c’est plus cher et surtout plus dangereux.

Nous voilà parti le lendemain sur le bateau touristique conseillé par Nathalie en direction de la baie de Lan Ha. Nous sommes accueillis par un guide australien, volontaire, qui va nous égayer la journée de par sa bonne humeur. Notre bateau prend la direction de la baie d’Ha Long, en passant par un village flottant (de 3000 habitants quand même!) mais nous nous contentons de longer la frontière imaginaire qui sépare les eaux de Lan Ha de celles d’Ha Long (la police veille au grain). Nous arrivons à une station flottante où les bateaux s’arrêtent pour que les passagers puissent faire du kayak. Armelle et moi partons sur notre embarcation peu stable et dotés de pagaies, nous voici en train de ramer dans un décor féérique. Nous passons par des grottes, prenons des routes à travers les pains de sucre pour finir au cœur d’une île, dans un lac accessible uniquement par cette voie.

C’est avec des étoiles plein les yeux que nous regagnons notre bateau pour y déjeuner. Un repas gargantuesque nous y attendait et on peut dire que le prix du tour est vraiment très raisonnable pour une telle quantité de nourriture. Une fois l’estomac contenté, nous bronzons (mes cuisses diront brûlons) sur le toit du bateau dans les transats. Nous naviguons pendant trente minutes à travers la baie pour gagner les Three Peach Beach qui font face à une petite plage de sable blanc niché au pied d’un pain de sucre. C’est l’heure de la baignade ! Depuis le toit, on se jette à l’eau pour aller nager un peu dans cette eau turquoise et profiter de ce moment de rêve.

La dernière étape de cette journée est notre escale de deux heures sur la bien nommée Monkey Island. L’île abrite maintenant des singes pour le plus grand plaisir des visiteurs qui se font mordre de temps en temps. Eh oui, il ne faut pas nourrir les singes, après ils deviennent agressifs. Nous profitons de cette escale pour gravir la montagne local d’environ 150m. Le sentier est tracé mais ce n’est pas de tout repos : il faut esquiver les gens sur des parois rocheuses que l’on doit escalader. Mais ça vaut le détour, le panorama est magique et vous savez à quel point, « j’aime les panoramas ».

Nous arrivons à notre hôtel en fin d’après midi, lessivés mais heureux. Cela vaut vraiment le coup de faire ce genre de tour, c’est le seul et l’unique que nous ayons fait depuis notre départ. Par contre attention aux arnaques, ne payez pas plus de 300 000 à 350 000 VND votre tour (13 à 15$).

Sur Cat Ba vous pouvez également vous promener, l’île comprend un très grand parc national. Le petit circuit vous coûtera 40 000 VND et vous permettra de grimper en haut d’un pain de sucre au milieu de la forêt primaire de l’île. Vous pourrez jouir d’un paysage splendide et travailler vos cuisses. Un parcours assez court mais peu accessible aux personnes à mobilité réduite.

Sur Cat Ba nous avons également chaussé nos crampons pour découvrir la ville où nous étions. Certes d’une taille réduite, l’île nous propose pas mal de choses à voir. Nous avons suivi des sentiers plus au moins officiels pour tomber nez à nez avec une plage déserte, une bergerie postée en haut d’un pic, des plages plus connues et la visite de l’ancien fort français qui défendait la ville en 1946.

Nous avons pu aussi déjeuner tranquillement avec la vue sur le port de Ben Béo, notre lieu de vie au court de notre séjour sur l’île. On va dire qu’on était bien !

Laisser un commentaire