Wellington, la petite capitale

Voilà longtemps que nous n’avons pas écrit, alors c’est parti pour ce petit article sur Wellington. Nous avons passé trois jours dans les rues de la capitale de la Nouvelle Zélande, et nous avons pu en avoir un bon aperçu. Wellington est situé tout au Sud de l’île du Nord car elle symbolise la jonction entre les deux îles qui composent le pays. Wellington est bien plus petite qu’Auckland, 240 000 habitants contre 1 300 000 ; en même temps, difficile de rivaliser avec la ville qui regroupe plus d’un quart de la population du pays. Cependant je pense que la taille réduite de Wellington en fait son charme et surtout on s’imagine mal comment faire circuler plus de personnes. La ville étant située sur le bout d’une péninsule, il n’y qu’une seule route qui permet de s’y rendre.

Comme partout en Nouvelle Zélande, le logement est plutôt onéreux et nous avons donc opté pour du coachsurfing. Nous avons été accueillis par Cecil, un monsieur de 77 ans qui vivait dans la banlieue proche de la ville. Cet ancien chauffeur de taxi nous a baladés dans toute la ville pour nous montrer les endroits les plus emblématiques, ce fut un chouette moment même si je ne comprenais pas tout à cause de son accent et de son manque d’articulation. Le seul hic est que sa maison n’était pas dans un état de propreté exemplaire, nous avons donc éviter d’y passer trop de temps (pas de douche, trop risqué). Néanmoins, ces deux jours avec Cecil nous ont permis de bien découvrir la ville en bénéficiant d’un toit gratuit (nous avons donc pu réinvestir dans la nourriture !).

L’attraction numéro une de Wellington est son musée extraordinaire : le Te Papa museum. Ce musée gratuit peut se visiter en plusieurs fois tant il y a de choses à voir, à lire et à apprendre. On retrouve une partie consacrée à l’Histoire de la Nouvelle Zélande avec une place particulière pour les traditions Maori, ces Polynésiens venus coloniser l’île il y a neuf cents ans. Il y a même quelques maisons typiques Maoris bâtis à l’intérieur du musée. On a également la suite de la colonisation lors de l’arrivée des européens jusqu’à nos jours. La Nouvelle Zélande a été en grande partie déforestée pour le bâtiment, les enclos et le commerce. Aujourd’hui, le bois est encore le matériau de prédilection pour la construction, mais il y a une réelle économie des forêts (on plante, on attend, on coupe). Malheureusement, on se retrouve avec beaucoup de conifères qui sont plus rapides à pousser, ce qui nuit à la faune endémique de l’île (il y a d’ailleurs de sérieux problèmes avec des espèces importées en Nouvelle Zélande par les britanniques).

Nous avons été très marqués par le côté commémoration des Néo-Zélandais quant à la première guerre mondiale. Ils ont en effet participé en envoyant un peu plus de 120 000 soldats se battre aux côtés des Alliés, soit environ 10% de leur population. Ce chiffre est énorme pour la Nouvelle Zélande, et tous les ans ils commémorent l’ANZAC, la force composée des Australiens et des Néo-Zélandais. Les pertes pour le pays ont été de 18 500 et cela a traumatisé le pays. Il y a une réelle volonté de souvenir pour éviter les futures guerres, que nous avons un peu perdu en Europe je trouve, malgré les pertes colossales de nos pays. Cela fait 100 ans que la Grande Guerre s’est terminée et pour commémorer cela, le musée a fait une exposition incroyable sur quelques soldats Néo-Zélandais. L’exposition est brillament réussie et nous apprenons énormément de choses sur le 25 avril notamment (jour de débarquement des forces de l’ANZAC à Gallipoli et jour de commémoration de la 1ère GM pour les Néozélandais) mais aussi les combats en général, la vie des tranchées et sur les soldats.

Autre attraction de la ville : le funiculaire qui vous amène en haut du jardin botanique local. Toutes les villes importantes du pays sont dotées de leur jardin botanique. Nous avons pris ce moyen de transport peu commun, mais qui n’a rien d’exceptionnel, pour admirer la vue sur la ville depuis le mont du jardin. Il faut savoir que Wellington est cernée par les montagnes et que celles-ci pullulent de maisons, c’est assez original à voir. Nous avons profité d’une promenade de 45 minutes, le temps de rejoindre la gare et le centre-ville via le jardin. Il est toujours sympa de se promener au milieu de la verdure et, chose surprenante, il y a une maison au milieu du jardin (il faut la trouver, le jardin est très grand) !

Notre dernière visite importante fut celle du Parlement de Nouvelle Zélande (the Big Hive). Le Parlement organise des tours toutes les heures pour présenter cette institution. On y découvre l’histoire de la « ruche », qui abrite le bureau du Premier Ministre et de ses collaborateurs, mais également les deux bâtiments associés où l’on retrouve des salons, des bureaux et la chambre des débats (the debate room). Les anciens bâtiments ont subis de gros travaux pour permettre l’installation du système anti-sismique et une petite vidéo nous montre l’exploit ainsi réalisé. On note tout de même, une volonté de se créer une histoire malgré le fait que ça soit un pays assez jeune. La construction de la chambre parlementaire est calquée sur celle de Londres car c’etaot encore une colonie au moment où ça a été construit. Les décorations sont les emblèmes des batailles de la Première Guerre Mondiale, nous ne comprenons pas trop pourquoi mais on sent vraiment que la Nouvelle Zélande tient au fait d’avoir participer à la Grande Guerre pour avoir aussi sa part d’histoire … Par contre, une chose dont les Néo-Zélandais sont très fiers, et il y a de quoi : c’est le premier pays au monde à avoir donné le droit de vote aux femmes en 1893, quasiment 50 ans avant les Français ! Nous sommes des dinosaures face à eux !

Astuces pour Wellington :

  1. Le samedi soir un night market où l’on peut manger pour 10$ sur Cuba Street
  2. Les autres jours, midi et soir, il y un Food Court juste à côté de Cuba Street, pour manger pour 10-15$ en moyenne
  3. Si vous êtes plusieurs pour aller/partir à l’aéroport, prenez un Uber (ou un taxi) car le ticket de bus est à 9$/personne
  4. Le ticket de bus pour la ville est à 5$/personne, n’hésitez pas à vous déplacer à pied, tout se fait facilement (sauf pour aller dans les suburbs).

Laisser un commentaire